top of page

La cage pour chien : dans quelles situations et comment l'utiliser ?



La cage est souvent synonyme de chien malheureux et d'enfermement. C'est souvent le cas, mais dans certaines situations, son utilisation peut être un vrai plus.


Tout d’abord, en voiture la cage est un formidable moyen de protéger son chien en cas d’accident et de s’assurer qu’il a une place réservée. Cela permet en outre de ne pas salir tout l’habitacle en fin de promenade ! Par ailleurs, cet apprentissage facilitera un éventuel voyage en avion où la caisse de transport est souvent obligatoire. Dans cette optique, lui apprendre à y rentrer sans stress est une excellente démarche.


Par ailleurs, lorsqu'un chien détruit frénétiquement la maison lors de vos absences, lorsque des bagarres éclatent entre vos compagnons, il est parfois nécessaire de recourir à la cage le temps de traiter le fond du problème.


Je ne conseille pas l'utilisation de cet outil en première intention, y compris pour l'arrivée d'un chiot à la maison. Si cela peut faciliter certains apprentissages comme la propreté, cela sera souvent au détriment de la création d'une vraie relation avec son compagnon. En somme, en choisissant l'option de facilité, les gens mettent souvent de côté une partie des besoins élémentaires de leur chien, ce qui créera des problèmes sur le long terme (destruction, anxiété, malpropreté, …). Il est nécessaire de toujours utiliser la cage en parallèle d'une véritable rééducation.


La cage doit donc être un outil à utiliser lorsque les problèmes sont déjà là, le temps de les résoudre. En effet, lorsque le chien exprime son mal-être en détruisant le canapé, il évacue son stress et pense que c’est une solution. Mettre son chien en cage le temps de la rééducation peut alors avoir un intérêt pour court-circuiter ce comportement.

Avant toute utilisation de cet outil, je vous recommande donc fortement d’être accompagné par un éducateur canin. N’hésitez pas à me contacter pour vous accompagner.


 

Choisissez une cage de taille adaptée au chien, il doit pouvoir se lever complètement et se retourner à l’intérieur. Les prix varient énormément selon les matériaux utilisés et la solidité de celle-ci. Pour une simple caisse de transport pour la voiture avec un chien qui n’est pas destructeur, un modèle léger en toile peut être suffisant, tandis que contenir un chien destructeur nécessitera probablement une grande caisse sécurisée.


Pour que Médor tolère bien la cage, il faut la lui présenter progressivement de façon positive à la manière de la muselière :


Etape 1 : placez des friandises dans la cage, toutes portes ouvertes et laissez Médor y aller sans le forcer et sans même l’encourager ;


Etape 2 : refaites l’étape précédente et lorsque Médor est dans la cage continuez de distribuer les récompenses pour l’encourager à y rester ;


Etape 3 : refaites l’étape précédente et poussez délicatement la porte sans la fermer ;


Etape 4 : refaites l’étape précédente et fermez la porte avec le loquet pendant quelques secondes, faites le ressortir puis rentrer de nouveau en prononçant l’ordre voulu (« à la niche » par exemple) ;


Etape 5 : refaites l’étape précédente et fermez la porte avec le loquet pendant quelques minutes en distribuant des friandises régulièrement, faites le ressortir puis rentrer de nouveau en prononçant l’ordre voulu (« à la niche » par exemple) ;


Etape 6 : refaites l’étape précédente et fermez la porte avec le loquet pendant quelques minutes en distribuant des friandises régulièrement. Cette fois, n’ouvrez la porte que lorsque le chien est calme (comme pour les rituels de repas ou de promenade vu ensemble lors du bilan comportemental). Faites le ressortir puis rentrer de nouveau en prononçant l’ordre voulu (« à la niche » par exemple) ;


Etape 7 : testez désormais que Médor entre dans la cage sans disposer de friandises à l’intérieur, simplement sur l’ordre donné. Cette dernière étape consiste à vérifier que le chien est conditionné à entrer sans stress dans la cage.


Procédez par étape, 4 à 5 fois par jour pendant 3 à 5 minutes, tous les jours. Ne passez à l’étape suivante que si Médor est à l’aise avec l’étape en cours. En cas d’échec (notamment à l'étape 7), repassez sur l’étape précédente.


Derniers rappels :

  • La cage ne se suffit pas à elle même pour régler les troubles de comportements et n’est qu’une partie de la solution. Ne vous dites pas que dans la cage le chien est heureux et ne stresse plus car il ne détruit plus la maison. Si le travail de rééducation n’est pas fait en parallèle, le trouble ressortira sous une autre forme.

  • Ne laissez pas Médor dans la cage sur de longues périodes.

  • Chaque période en cage doit entraîner une récompense de valeur, comme une belle promenade en longe ou en liberté lorsque vous rentrez à la maison.


En cas de besoin, n’hésitez pas à prendre contact directement avec moi pour un accompagnement dans cet apprentissage.


Maître Doggy






172 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page